Investi dans le digital dès l’université, Rudy Dupuis en a fait sa carrière

  • Le digital prend une place croissante dans les stratégies de communication des entreprises, leur présence sur les réseaux sociaux est devenu un incontournable. Rudy a su surfer très tôt sur cette nouvelle vague et saisir cette belle opportunité en se spécialisant sur ces nouveaux outils avant même qu’ils ne deviennent si populaires. Rudy Dupuis, diplômé du D.E.S.S Communication et Marketing d’HEC Montréal en 2011, est aujourd’hui responsable Réseaux Sociaux chez AXA France. 

  • Bonjour Rudy, peux-tu nous parler de ton parcours?

  • Suite à l’obtention de mon Master 2 en stratégie de communication à l’ISIC à Bordeaux, je suis parti à Montréal pour mon stage de fin d’études dans une petite agence de pub, ZIP communication. J’avais envisagé de compléter mon cursus et j’ai décidé de faire un D.E.S.S. en Communication et Marketing à HEC Montréal, un programme qui me permettait en parallèle de continuer de travailler à temps plein chez ZIP où un poste m’avait été offert suite à mon stage.

  • Je suis resté trois ans et demi chez ZIP, passant du poste de coordinateur à chef de projet puis à celui de conseiller. Je gérais la relation commerciale avec les clients et je pilotais les projets.

  • Je m’étais mis à utiliser Facebook en arrivant au Canada, c’était tout récent et encore peu utilisé, du coup quand des besoins ont commencé à émerger chez nos clients dans ce domaine, on s’est adressé à moi et j’ai commencé à travailler sur des projets réseaux sociaux pour définir les objectifs, les supports, la cible des communications et piloter les retours créas. Sur le sujet, l’Amérique du Nord avait à peu près cinq ans d’avance sur la France.

  • En 2011 je suis rentré en France. Je me suis dirigé alors vers un poste de community manager, profil qui commençait tout juste à émerger. J’ai commencé par un premier poste en agence puis j’ai été embauché chez Marcel, l’agence du groupe Publicis spécialisée en réseaux sociaux. Ils venaient de remporter le budget d’AXA France et m’ont demandé de travailler à temps plein pour les accompagner sur les réseaux sociaux. Ça s’est tellement bien passé qu’AXA  m’a débauché pour un poste différent. Je continue à travailler avec Marcel qui gère toujours le projet initial.

  • Aujourd’hui, je suis Social Media Marketing Manager; je m’occupe des réseaux sociaux au sein de la Direction Marketing. Je travaille sur les contenus, les visuels et surtout les options de médiatisations. Par exemple, on informe les clients sur nos offres, les avantages, on parle de notre métier et on donne des conseils de prévention comme sur Vine #lesbonsréflexes. On communique essentiellement sur Facebook, Twitter et Vine, une app de Twitter qui permet de poster des vidéos courtes de 6s.

  • En quoi le fait d’avoir étudié à HEC Montréal a pu être un atout dans ton parcours?

  •  Les réseaux sociaux sont un domaine en constante évolution. Mes études à HEC m’ont donné des outils indispensables qui me servent tous les jours. En plus du fond et d’une bonne vision globale de la communication, j’ai beaucoup appris en terme d’organisation et de méthodologie comme la gestion du temps, anticipation et savoir penser out of the box. Je peux adapter ce que j’ai appris en communication aux réseaux sociaux.

  • Le fait d’acquérir des compétences concrètes a été un vrai atout. Par ailleurs, au Québec les gens sont très efficaces et réactifs. Il y a une vraie culture de la performance, tout va très vite.

  • J’ai aussi appris à travailler en équipe, un élément essentiel et omniprésent à HEC Montréal, tout comme dans mon travail. Les cours de psychologie en entreprise m’ont beaucoup servi, ainsi que celui de Marketing de services.

  • Cette formation m’a donné des billes  sur différents sujets et m’ont appris à réfléchir différemment.

  • Par ailleurs, je me suis construit un bon réseau auprès des étudiants et des professeurs, qui pour certains étaient des pontes du secteur.

  • Ça a été un vrai gain d’expérience, cette formation m’a permis de prendre du recul. C’était un excellent complément de mon premier cursus et de mon expérience professionnelle.

  •  Quels sont tes meilleurs souvenirs à l’Ecole?

  • C’est incontestablement la dimension humaine qui m’a le plus marqué.

  • Je me suis fait des amis avec lesquels je suis resté en contact et que je retrouve avec plaisir quand je retourne à Montréal.

  • Les classes de D.E.S.S. comptent une vingtaine de personnes, ce qui permet de tisser de vrais liens d’amitié. La dimension Internationale de l’Ecole, le fait de côtoyer des gens de nationalités variées (Canada, Mexique, Liban, Turquie..) a été d’une richesse incroyable et m’a donné une vision très intéressante sur l’international.

  • Ça a été une super aventure. J’avais énormément de travail entre mon poste à temps plein et le D.E.S.S., mais du coup je profitais vraiment à fond de mes temps libres pour m’amuser avec mes amis et décompresser.

  • Aurais-tu quelques conseils pour les diplômés qui souhaiteraient travailler dans le domaine?

  • Profitez du bureau des anciens, il y a aujourd’hui beaucoup de cooptation des anciens de l’Ecole.

  • Ça peut être risqué de se spécialiser dans un secteur car ça risque d’être difficile d’en sortir, par contre une spécialisation en CRM, digital/réseaux sociaux peut être un vrai plus sur un CV. Gardez cependant une vision globale pour ne pas trop réduire votre champ d’action.

  • Faites un maximum de stages pendant vos études. Choisissez bien votre stage de fin de cursus en fonction de ce que vous souhaitez faire car c’est une excellente porte d’entrée.

  • Travailler dans une petite structure va permettre d’être très polyvalent, de traiter de nombreux sujets et d’avoir un bon aperçu du secteur, mais va moins permettre d’approfondir son domaine d’activité par rapport à une grande entreprise où on travaille plus en silo, mais avec une plus grande spécialisation.

  • Pouvoir commencer par une petite boîte pour choisir ensuite sur quels sujets se spécialiser pour ensuite pouvoir se concentrer sur son cœur de métier est une bonne stratégie car ça permet d’avoir une bonne vision de ce qui se fait autour, c’est très enrichissant.

  • Ensuite, en termes d’évolution travailler dans une grosse structure va souvent permettre d’aller plus haut et d’avoir une position plus confortable.