Xavier Demeilliers : BAA ’10

  • Attiré très tôt par l’entrepreneuriat, Xavier a multiplié les expériences dans des start-up pour ensuite lancer son entreprise, Ligne Vin SAS. (www.labelskin.com)

  • Bonjour Xavier, peux-tu nous raconter ton parcours?

  • Apres mon Bac S, j’ai passé un an à Lille en prépa éco finances, puis j’ai intégré HEC Montréal où j’ai suivi pendant trois ans mon B.A.A. en Marketing et Management. Suite à mon diplôme en 2010, je suis rentré en France où j’ai aidé à la création d’une boite, troisfoisvin.com, un site de vente de vin par abonnement qui fonctionne très bien aujourd’hui.

  • Ensuite, j’ai fait 2 autres stages dans des start-up, un site de vente aux enchères entre particuliers (lacparis.com) et une nouvelle boite de restauration rapide haut de gamme (bocobio.fr). Je voulais travailler dans des environnements types, stressants et stimulants, en préparation à mon expérience entrepreneuriale à laquelle je pensais depuis un bon moment.
  • Après ces 3 expériences en start-up, j’ai suivi le Master Innover et Entreprendre de l’ESCP Europe dont j’ai été diplômé en mars 2012. J’ai travaillé sur le Business Plan de ma boite pendant presque un an puis j’ai créé l’entreprise en mars 2013 avec un début d’activité en juillet 2013.

  • Quelle est ton actualité?

  • On a commencé il y a 5 mois Ligne vin, entreprise qui conçoit des produits et services innovants dans le monde du vin. On a complètement créé et développé notre premier produit, Label skin, la première protection physique pour étiquettes de vin. Les étiquettes se dégradent facilement à cause des chocs pendant le transport, à cause des insectes et de l’humidité dans les caves. En parallèle, dans les ventes aux enchères, il peut y avoir une importante décote (40%) sur le prix des vins en fonction de l’état de l’étiquette. Si elle est abimée, la bouteille peut même être invendable en Asie. Ce produit plait à de nombreux collectionneurs, cavistes et distributeurs spécialisés. J’ai déménagé à Bordeaux pour être sur place et démarcher les nombreuses propriétés viticoles. C’est la région du vin avec une renommée internationale.

  • On a plein d’autres idées de produits et de services, mais pour l’instant on focus sur Label Skin car il reste un potentiel énorme en France et à l’international.
  • On travaille en France, en Suisse, en Belgique, on a des commandes de Hong Kong, de Slovaquie et on veut se développer en Angleterre. .

  • En quoi le fait d’avoir étudié à HEC Montréal a pu être un atout dans ton parcours ?

  • D’un point de vue personnel, ça m’a fait beaucoup grandir. Partir à 19 ans dans un pays qu’on ne connait pas, ce n’est pas si évident. Ça donne une vision vraiment différente des choses. On sort de notre cocon, ça nous rend plus mature.

  • D’un point de vue professionnel, HEC Montréal est une très bonne école de plus en plus reconnue. Le nom de l’école attire les recruteurs et permet de se différencier.
  • Mais surtout, HEC donne un très bon bagage. L’opportunité d’être dans un pays à la fois francophone et anglophone permet d’être beaucoup plus à l’aise en anglais et d’avoir une bonne vision du business américain. Les cours m’ont beaucoup aidé dans mon premier stage, puis dans l’élaboration de mon business plan, en particulier la comptabilité, la finance et le marketing.

  • Quels sont tes meilleurs souvenirs à HEC Montréal?

  • J’ai été impressionné par tout ce que l’école met à notre disposition. Par exemple les locaux sont fabuleux, on est dans les meilleurs conditions pour bosser. Les professeurs sont très bons, on est bien accueillis et bien encadrés.

  • Aurais-tu quelques conseils pour les diplômés qui voudraient se lancer dans l’entreprenariat?

  • Partez avec l’idée que vous n’avez rien à perdre. Soyez persévérant, ne lâchez pas. Lors de vos recherches de clients ou de partenaires, n’hésitez pas à rappeler, à renvoyer des mails, limite à harceler car en général ça finit par payer.

  • Profitez à fond du réseau, pensez aux gens que vous connaissez.
  • Ça aide vraiment à réussir, parfois même plus que ce que vous savez faire. De mon côté, ça m’a apporté de très nombreux contacts, de très bons contacts. Mon réseau m’a ouvert de nombreuses portes.
  • Ne négligez pas les gens que vous rencontrez, n’ayez pas d’a priori, foncez. Par exemple, lors d’une présentation de mon produit au Bristol Palace à Paris, j’ai rencontré une fille qui bosse dans le vin et elle m’a apporté plusieurs contacts extrêmement bien placés dans le vin (notamment des grands domaines viticoles).
  • Quand on est entrepreneur, on n’a pas d’horaires, on peut oublier un peu les vacances car on ne gagne pas d’argent et on a beaucoup de boulot, mais par contre le fait de pouvoir aménager ses horaires permet d’avoir beaucoup de liberté et de flexibilité.